Dark Angel

Dark Angel

Dark Angel est une série américaine diffusée aux Etats-Unis entre 2000 et 2002.

Tout commence avec Max, sympathique jeune femme d’une vingtaine d’années, coursière pour Jam Pony le jour et cambrioleuse la nuit. Incidemment, il se trouve qu’elle est également une X5[1], c’est-à-dire qu’elle a été créée dans un laboratoire militaire secret (Manticore), qui a manipulé son ADN afin d’en faire un soldat parfait, aux capacités physiques et intellectuelles supérieures à la moyenne. On peut donc d’emblée établir un parallèle entre Mutant X et Dark Angel, et plus particulièrement avec le personnage de Shalimar. En effet, on apprend dès les premiers épisodes qu’il y a de l’ADN de félin dans le « cocktail génétique » de Max. Tout comme Shalimar, Max a une grande force physique (parfaite par une formation en arts martiaux), une capacité à faire des bonds de plusieurs mètres, à grimper aux murs, à se déplacer à grande vitesse, une agilité supérieure à la moyenne… Elle prend le plus souvent l’ascendant dans le combat sur ses adversaires (masculins), quand ils n’ont pas de particularité génétique ou technique qui fait pencher la balance en la faveur de ces derniers. On peut donc noter que le fait d’être une femme n’est jamais présenté comme allant de pair avec une force moindre que celle des hommes[2] (à part dans le cas de grossesse ou plus largement de maternité), même si en dehors des êtres transgéniques ou les Familiers[3] la plupart des personnes présentées comme fortes physiquement sont des hommes. Par ailleurs, Max peut retenir sa respiration sous l’eau pendant plusieurs minutes, survivre sans boire ni manger pendant une dizaine de jours, et son corps se régénère rapidement. Elle dispose également de sens ayant une acuité supérieure à la moyenne (notamment en ce qui concerne la vue et l’ouïe).[4] Cependant, là où la part animale de Shalimar semble partiellement distincte de sa part humaine (dichotomie symbolisée par le fait qu’elle doive se concentrer pour mobiliser ses sens félins, et le changement de ses pupilles), le personnage de Max semble plus « unifié », elle est plus une femme ayant des capacités exceptionnelles en partie grâce à son ADN félin qu’une femme-chat[5]. Cette différence entre les personnages de femmes-chats et celui de Max se manifeste par exemple dans le style de combat : là où Shalimar est parfois partiellement animalisée (courir à quatre pattes pour bondir, utilisation de son agilité pour faire des attaques acrobatiques), Max quant à elle porte ses coups en maintenant un corps-à-corps avec l’adversaire et en utilisant exclusivement des techniques de combat de type arts martiaux. D’une façon plus générale, Shalimar est plus renvoyée à l’animalité que Max, cette dernière se situant plutôt dans le domaine de la force physique. Dans la saison 1, les capacités supérieures de Max sont présentées comme ayant un contrecoup[6] : Max est périodiquement affectée de crises de spasme incontrôlable, lié à un manque de tryptophane, crises qui en font un personnage ponctuellement passif et vulnérable[7], à l’opposé de son rôle de personnage actif qui vient en aide à ses amis et prend le dessus lors des affrontements physiques. Par ailleurs, Max est ponctuellement « dépassée » par sa part féline, dans la mesure où elle a des chaleurs deux ou trois fois par an : elle est alors prise de la pulsion quasi-irrépressible de coucher avec tous les hommes qu’elle croise. Cette caractéristique de Max la renvoie ponctuellement à l’animalité, dans la mesure où elle est présentée comme incapable de résister à cet instinct. Dans un des deux épisodes où ses chaleurs sont mentionnées[8] (1×21), cette particularité est exploitée dans une perspective comique : Max ne cesse de tomber sous le charme des hommes autour d’elle et commence à flirter avec eux, et son amie Originale Cindy intervient pour que Max sorte de l’emprise de sa libido en l’éloignant des hommes en question. On peut notamment observer dans cet épisode une sorte de male gaze[9] inversé (un female gaze ?), dans la mesure où le corps masculin est constamment érotisé par le regard de Max, qui jauge  les hommes qu’elle croise d’un œil appréciateur. Ce « female gaze » est particulièrement visible lors d’un passage mettant en scène Normal, le supérieur de Max, nettoyant sa chemise dans son bureau et Max, qui y entre à e moment-là. Alors que le personnage de Normal devrait a priori être traité comme un personnage asexuel et incapable de susciter un désir érotique, selon les codes des séries télévisée américaines mainstream, du fait de son âge, de son apparence physique et de son tempérament ; le regard de Max en fait (pendant quelques instants) un personnage érotisé. Ainsi, alors qu’il lave sa chemise avec une éponge (il porte un maillot de corps), la caméra fragmente le corps de Normal en différentes parties sur lesquelles elle s’attarde : ses bras musclés, son torse qui se bombe, la langue qu’il passe sur ses lèvres… le corps de Normal est morcelé, impression renforcée par une juxtaposition de courtes séquences discontinues montrant le jeu de ses muscles au ralenti. Normal est donc renvoyé dans cette séquence à une activité (le nettoyage du linge) et à une posture (femme scrutée et jaugée par le regard de l’homme hétérosexuel) féminines, tandis que Max jouit de la position traditionnellement masculine de l’homme qui observe. Cependant, on peut remarquer que cette séquence est aussi l’occasion de constituer Normal en homme « viril »[10] (dans la mesure où sa plastique musclée y est mise en scène, alors que dans aucun des autres épisodes ces muscles ne sont mis en valeur ou simplement suggéré), tandis que Max se caractérise dans cette séquence par sa passivité (là où Normal agit, fait jouer ses muscles, même si c’est pour une activité de nettoyage qui ne nécessite pas dans les représentations une force physique particulière). Shalimar quant à elle n’est jamais présentée comme étant guidée par des pulsions sexuelles liées à son ADN félin (même si d’autres femmes félines de la série Mutant X sont présentées comme consommant des hommes avec enthousiasme quand l’occasion se présente ou s’il arrive ponctuellement à Shalimar de tomber sous le charme d’un homme, mais il s’agit d’un intérêt sélectif).

A l’inverse, le corps de Max est rarement érotisé. Elle porte le plus souvent des vêtements sombres et fonctionnels (T-shirt et pantalon noir, veste en cuir, parfois agrémenté d’une casquette, parce que ça a été tourné au début des années 2000 et que c’était encore cool à cette époque-là). Si ces vêtements sont moulants et mettent en valeur sa silhouette, ils ne sont pas non plus marqués comme « féminins ». Par exemple, Max porte rarement des robes ou des jupes, ou des hauts décolletés ou dos nus. De plus, on peut noter que Shalimar obéit au même code vestimentaire (cuir et vêtements moulants), même s’il arrive que cette dernière porte des vêtements plus sexy, avec des hauts de couleurs vives ou décolletés. Cette absence de recherche dans l’apparence peut être interprétée comme un héritage de sa formation de soldat, à son désir de se fondre dans la masse ou à ses activités (de livreuse de paquets et de cambrioleuse).

En effet, là où le statut de proie des Nouveaux Mutants est peu exploité dans les trames narratives de Mutant X (ou du moins, les personnes qui les traquent sont facilement mises en échec, ce qui limite la crédibilité de la menace), le personnage de Max est explicitement construit sur la dialectique corps de prédateur/statut de proie. Elle est présentée comme traquée par Manticore et plus particulièrement par Lydecker[11] dans la saison 1 et par le « culte de la procréation » et plus particulièrement par Ames White[12] dans la saison 2. Plus largement, là où dans Mutant X les ennemis ne menacent les personnages principaux que le temps de quelques épisodes et ne sont pas organisés, ce ne sont pas des ennemis « structurels » (à part l’ASG et Eckhart dans la saison 1), dans Dark Angel les opposants des êtres transgéniques sont nombreux, organisés, disposent d’un fort soutien logistique (dans le cas de Manticore et du « culte de la procréation ») et leur apparition dans la série est récurrente.

Par ailleurs, le personnage de Shalimar et celui de Max se rejoignent également dans l’importance qu’elles accordent à la « meute » (le groupe des Mutant X pour Shalimar, les autres êtres transgéniques et ses ami-e-s humain-e-s pour Max). Ce sont en effet deux personnages qui accordent une grande importance à la protection des êtres qui leur sont chers. Cependant, il me semble important d’insister sur le fait qu’elle choisit ses combats, plutôt qu’elle ne se soumet à des directives (à l’inverse de son endoctrinement de soldate à Manticore mais aussi de l’attitude des Mutants X). En effet, là où le personnage de Shalimar dans Mutant X (au même titre qu’Emma, Brennan et Jesse) se soumet aux directives du leader Adam, qui garde le contrôle de l’information et des initiatives de l’équipe, Max considère que son aide n’est jamais acquise, même auprès de ses amis (en particulier Logan).

D’une façon plus générale, Mutant X est une série qui s’adresse à un public plus jeune que Dark Angel : les trames narratives sont plus courtes (de type « dessin animé ») et les portraits des personnages sont moins nuancés dans Mutant X que dans Dark Angel. Notons également que là où Mutant X met l’accent sur l’arrogance qu’il y a à vouloir changer son « destin » (expérimentations médicales qui tournent mal, mort de deux personnages qui connaissent les futurs possibles, mort de Christophe qui a le pouvoir de vie et de mort sur autrui), tandis que dans Dark Angel, le fait de s’affranchir de son « destin » et de construire une vie qui vaut la peine d’être vécue est valorisée (au détriment des « sacrifices » auxquels se livrent les personnages introduits le temps d’un épisode au profit des personnages principaux dans Mutant X).

1. Max, une femme qui forge son propre destin

L’intrigue de Dark Angel suit le parcours de Max quelques années après son évasion de Manticore. Comme de nombreux personnages de la série, son identité repose sur une série d’opposition : coursière à vélo le jour/voleuse à moto la nuit, citoyenne de Seattle qui tente de se fondre dans la masse/soldate à l’ADN exceptionnel ; Max Guevara/matricule X5-452 (tatoué par un code-barres sur sa nuque, comme du bétail). Son travail du jour lui permet de disposer de laissez-passer pour circuler dans la ville afin d’exercer plus facilement son activité nocturne. On apprend rapidement que ce n’est pas (uniquement) pour son confort personnel qu’elle vole des objets afin de les revendre sur le marché noir, mais pour retrouver les autres X5 qui se sont échappés avec elle (et de façon secondaire pour financer sa moto et les frais d’entretien et de carburant) : elle se sert de cet argent pour payer un détective privé afin qu’il retrouve les autres X5 évadés en même temps qu’elle.

« Action Girl », elle lutte férocement pour garder son indépendance et sa liberté, même si elle met souvent ses compétences à profit pour aider ses amis et d’autres transgéniques, qu’elle considère comme ses frères et sœurs. Elle acquière cependant dans la saison 2 une dimension parentale, dans la mesure où suite à la destruction de Manticore et la libération des êtres transgéniques, elle considère qu’il est de sa responsabilité de protéger les mutants du reste de la population qui leur est hostile, et de White (notamment Joshua, un transgénique canin au visage animalisé dans ce sens), mais aussi de protéger la population des mutants. C’est particulièrement visible dans le début de la saison 2 où elle baptise un groupe d’êtres transgéniques évadés, leur rendant leur liberté en leur donnant un nom qui remplace le matricule qui servait jusque-là à les désigner. Cependant, si cette parentalité se fait parfois oppressive (elle empêche Joshua de sortir de chez lui pour éviter qu’il se fasse lyncher par la population), elle est plus souvent tournée vers l’émancipation des personnages qu’elle aide, en leur permettant de se cacher au Canada avec des faux papiers. D’une façon générale, elle semble remplir une fonction paternelle (tournée vers l’affranchissement) plutôt que maternelle (guidée par la protection).

Loin d’incarner une « femme forte en talons aiguilles » comme Buffy dans la série éponyme, la plastique de Max est rarement mise en avant, elle porte des vêtements près du corps et fonctionnels. Les rares fois où elle est mise en scène apprêtée physiquement et ayant fait un travail sur son apparence (robe), c’est au service d’une mission afin d’approcher un homme (femme séductrice et manipulatrice) ou pour Logan.

Notons par ailleurs que le corps de Max occupe une fonction de soin : elle fait une transfusion de sang à Logan alors qu’il est grièvement blessé, ce qui permet à ce dernier de retrouver partiellement l’usage de ses jambes[13] grâce aux cellules pluripotentes présentes dans le sang de Max.

Son personnage est globalement équilibré du point de vue des tropes genrés : elle ne cultive pas son apparence sans être un « garçon manqué », elle dispose d’un véhicule masculin (moto) qu’elle sait entretenir (compétences techniques), elle dispose de compétences physiques qui lui permettent de se sortir seule de la plupart des situations. Elle est de plus présentée comme pragmatique et réfléchie[14]. Si Max prend soin de sa « famille » (ses amis et les autres transgéniques), elle ne tombe pas non plus dans le cliché de la femme débordée par ses émotions qui cherche à sauver le monde[15]. Elle ne laisse pas ses actions et ses choix être guidés par d’autres personnages et à plus forte raison des hommes (puisqu’elle refuse de se soumettre aux injonctions de Zack à fuir Seattle ou d’aider Logan de façon systématique). Notons par ailleurs que le second personnage féminin important, loin de constituer un contre-point à celui de Max, constitue plutôt un reflet de celle-ci : elles ont le même parler masculin, portent le même type de vêtements, accordent la même importance à la protection des personnes qui leur sont chères… A l’inverse, le personnage de Max est souvent opposé à des personnages masculins.

2. Max et les hommes de sa vie

2.1 Max et les maxi mutants

Si on peut saluer le fait que Max soit un personnage féminin nuancé, autonome sans être une « louve solitaire », on peut regretter qu’il soit systématiquement opposé à des hommes (plus rarement à des femmes), tant sur le plan du tempérament, des objectifs que sur le plan physique (combat). Ce motif n’a cependant rien d’étonnant dans la mesure où la majorité des personnages sont masculins.

Le personnage de Logan est construit en contre-point de celui de Max : Max a la pleine jouissance de son corps tandis que Logan est paralysé, il est riche grâce à sa famille alors qu’elle a dû se construire un foyer à partir de rien ; il possède le pouvoir grâce à l’argent et à l’information alors qu’elle ne possède que sa force physique. Cependant, c’est sur le plan moral que se joue le véritable clivage : Logan consacre sa vie à dénoncer les criminels en cols blancs et à protéger les personnes qui lui demandent son aide (sous l’identité du Veilleur, un cyber-journaliste qui diffuse des flashs d’information afin de faire circuler des informations que le gouvernement tente de cacher et dénoncer la corruption de personnes de pouvoir) afin de rendre le monde meilleur, tandis que Max, plus pragmatique, n’aide que les personnes pour lesquelles elle a de l’affection. Plus généralement, Logan occupe une position plus féminine que masculine : relativement passif du fait de son invalidité, son appartement apparait dans presque tous les épisodes (c’est un lieu de vie, là où l’appartement de Max n’apparait que plus rarement et semble essentiellement un lieu pour dormir), il est plus guidé par ses émotions et sa compassion pour autrui que Max. A l’inverse, Max occupe une fonction masculine (active, force physique).

Max s’oppose également au personnage de Zack, le garçon à la tête du groupe d’évasion de X5 de Manticore. Sans attache, il est en perpétuel mouvement pour échapper à Lydecker et pour retrouver les X5 disséminés dans le pays suite à l’évasion. C’est un personnage en fuite perpétuelle et qui place sa loyauté envers les autres X5 évadés avant toute chose, tandis que Max choisit de rester auprès de sa famille d’adoption, en mépris du danger.

Dans la saison 2 apparaissent trois autres transgéniques hommes : Joshua, Alec et Mole.

Max rencontre Joshua dans les locaux de Manticore. Si le premier contact entre eux est plutôt tendu (ADN félin contre ADN canin), elle le prend rapidement sous son aile et pourvoit à ses besoins après que les êtres transgéniques aient été libérés. Porteur d’un stigmate visible (son visage animalisé) là où celui de Max se limite à son code-barres, il est présenté comme un personnage un peu simplet, naïf, qui s’exprime de façon maladroite, avec un comportement animal (il ne se sert pas de couverts pour manger, il grogne). Il incarne un enfant perpétuel, aveuglé par la figure du père (le généticien à l’origine des embryons transgéniques), dont Max serait la mère, ayant la responsabilité de subvenir à ses besoins et de s’assurer qu’il ne fasse pas de bêtise (comme sortir de la maison).

A l’inverse de Zack qui sacrifie son existence au profit des autres X5, Alec incarne lui un personnage désinvolte, allergique à toute forme d’engagement ou d’activité contraignante (comme un travail), souhaitant jouir de sa liberté sans se mettre de fil à la patte, il sert ses intérêts avant ceux des autres, mettant parfois sa sécurité en péril à cause de son imprudence : il expose ses aptitudes physiques sur un ring au risque d’être repéré par White, il accepte de traquer d’autres êtres transgéniques pour avoir la vie sauve, il trempe dans un trafic illégal… il profite également de son physique avantageux pour enchainer les conquêtes féminines, créant quelques tensions sur son lieu de travail. Sans surprise, il se révèle en réalité un être torturé, qui joue les hommes insensibles parce qu’il ne s’est jamais totalement remis d’une sombre histoire d’amour tragique dans son passé. Quoiqu’il en soit, Max est présentée comme un équilibre entre les deux extrêmes incarnés par Zack et Alec : elle se sent concernée par le bien de ses proches (contrairement à Alec) sans faire de cette responsabilité un sacerdoce sacrificiel (contrairement à Zack).

Dans le dernier épisode de la saison 2, Max s’oppose enfin à Mole. Homme lézard toujours affublé d’un cigare à la bouche, il incarne une virilité impulsive, qui propose aux êtres transgéniques réfugiés à Terminal City de fuir de leur refuge pour se sauver loin de Terminal City et de de Seattle, il tente de prendre le pouvoir par défaut. A l’inverse, Max représente le leader avisé et charismatique qui rallie les autres transgéniques à sa proposition de rester à Terminal City afin de s’intégrer et se faire accepter auprès de la population non-transgénique.

2.2 Max et les maxi-méchants

Dans la saison 1, Max et les autres mutants évadés sont traqués par Lydecker, un agent de Manticore qui a contribué à leur formation. Manipulateur, calculateur et cynique, il fait parfois mine de s’allier à Zack et Max dans le but de les trahir. Figure paternelle oppressive, il place dans un premier temps le projet de Manticore avant le bien-être des enfants soldats. Il finit néanmoins par changer de priorité (en partie parce qu’il se fait évincer de Manticore) et aide Max et les autres transgéniques dans le début de la saison 2.

Plus structurante est l’opposition entre Max et Ames White. Mandaté par le gouvernement pour retrouver les êtres transgéniques, White  se révèle membre d’une société secrète, le « culte de la procréation », qui pratique la sélection génétique depuis des générations. A la sélection artificielle pratiquée par Manticore s’oppose donc la sélection « mystique » et entourée de rituels du « culte de la procréation ».

2.3 Max et les maxi-musclés

Les aptitudes de Max lui permettent de battre la plupart de ses adversaires, ou du moins de se battre à armes égales. Il est néanmoins intéressant de noter que les seuls personnages qui prennent le dessus sur elle dans le combat sont des hommes : les membres de la « série rouge » (des hommes dont les capacités physiques sont considérablement augmentées par un implant à la base du crâne), les Familiers (deux hommes qui mettent Max au tapis lors de leur première apparition). Comme si une femme pouvait être considérée comme plus forte physiquement que la plupart des hommes qu’elle rencontre, mais quand même pas plus forte que tous les hommes.

3. Le genre des supercapacités

Dans Dark Angel, on rencontre trois types de personnes transgéniques : les mutant-e-s de type X5 (apparence humaine mais capacités hors du commun), les mutants animalisés ou portant des stigmates physiques (allant généralement de pair ave des aptitudes particulières[16]) et des mutants psyoniques. Un seul mutant (un homme) échappe à cette catégorisation : un homme à l’apparence humaine dont les os sont faits en cartilage. Rappelons également l’existence des Familiers, qui possèdent des aptitudes physiques équivalentes ou supérieures à celles des X5 et parfois des aptitudes psyoniques.

Dans la saison 1, le ratio des personnages mutants est nettement en faveur des femmes, puisqu’on rencontre quatre femmes X5 (Max, Brin, Jace et Tinga) et seulement deux hommes (Zack, Ben). On peut également remarquer que les femmes semblent mieux acclimatées à la vie à l’extérieur de Manticore, puisque Max et Tinga ont réussi à se créer une vie à l’extérieur (Tinga a un mari et un enfant), contrairement aux personnages masculins (Zack est sur la brèche en permanence, Ben est un psychopathe qui se déplace de ville en ville et assassine des hommes à qui il arrache les dents et tatoue son code-barres). Cependant, cette intégration les rend vulnérables, dans la mesure où Lydecker se sert des proches des deux jeunes femmes pour les menacer et les obliger à retourner à Manticore.

Profitons-en pour souligner que si de nombreuses femmes de la série sont mises en scène comme étant en couple[17] (hétérosexuel[18]) et mère ou future mère[19]. A l’inverse, les personnages masculins sous le plus souvent célibataires. Les actions de ces derniers sont ainsi plus souvent guidées par leurs intérêts propres ou ceux de l’organisation à laquelle ils sont rattachés ou la cause qu’ils défendent (dans le cas de Logan), tandis que les personnages féminins agissent ou réagissent plus souvent pour protéger leur famille (ce qui les renvoie au rôle sexué de « care-taker »).

Dans la saison 2, la majorité des transgéniques sont des hommes, qu’il s’agisse des mutants animalisés visibles à Manticore dans le premier épisode, des mutants capturés par Ames White, des rôles parlants (ou non) des êtres transgéniques qu’on aperçoit à Terminal City (Mole, Dix, Luke), des mutants autour desquels l’intrigue est construite (Isaac, Brain, Marrow) ou des personnages principaux (Alec, Joshua).

Les rares transgéniques féminins de cette saison évoquent des figures sexuées assez traditionnelles dans l’imaginaire : femmes-félines (une femme-panthère animalisée recouverte de fourrure et une femme-chat aux pupilles fendues et ayant des moustaches, 2×03 et 2×04), une sirène[20] (apparence humaine mais qui respire par des ouïes sur son ventre et qui communique par des vocalisations comme les mammifères marins) (2×08), « vampires » (personnages non-parlants des épisodes 21-22 ayant des canines proéminentes) ou manipulatrices[21] (Mia, qui pratique la télécoercition[22]). A l’inverse, les mutants hommes qui ne sont pas de type X5 portent des stigmates visibles de leur condition d’être transgénique mais qui ne renvoient pas à des figures sexuées : lézards au visage recouverts d’écailles, mutants souvent chauves et aux pupilles anormales (yeux entièrement noirs ou blancs, pupilles entièrement noires), hommes canins ou difformes. Ainsi, si on peut souligner que Dark Angel est à ma connaissance la seule série à mettre en scène des personnages féminins animalisés de façon visible et permanente (notamment la femme-panthère de l’épisode 2×03), les personnages masculins animalisés sont bien plus nombreux et portent des stigmates plus visibles et disqualifiants que les personnages féminins. Notons par ailleurs que le personnage dont le pouvoir augmente le plus sa capacité d’agir est un homme (Brain, qui prévoit l’avenir).

Notons que contrairement à Haven, les capacités de soin ne sont pas réservées aux femmes puisque le sang de tous les X5 peuvent servir à soigner quelqu’un (ils sont donneurs universels et leur sang contient des cellules pluripotentes qui leur permettent de se régénérer plus rapidement), sans compter celui de Marrow. On peut également mentionner le fait que Zack se suicide afin qu’une greffe de cœur soit faite à Max (1×22).

En ce qui concerne le « culte de la procréation », on peut observer une relative mixité. Tout d’abord, en ce qui concerne les figures de pouvoir, sont mis en scène un homme et une femme. Ensuite, en ce qui concerne les aptitudes physiques, elles ne sont pas réservées aux hommes : au sein des Phalanges, une unité d’élite, on compte deux femmes pour trois hommes (mais le leader du groupe est également un homme). Enfin, en ce qui concerne les Familiers dans leur ensemble, on rencontre presque autant de femmes que d’hommes.

Dark Angel constitue donc une série mettant en scène un personnage féminin fort sans être stéréotypé (soit en tant que « tueuse en talons aiguilles » soit en tant que « garçon manqué »), indépendant sans être une « louve solitaire », disposant de capacités physiques et dans une moindre mesure mentales équivalentes voire souvent supérieures à celles des hommes. De plus, les personnages sont le plus souvent nuancés et capables d’évolutions, dans le bon sens (voir le personnage de Normal qui, après avoir passé la saison 2 à vouloir chasser les êtres transgéniques, annonce dans le dernier épisode à un journaliste que les mutants sont des êtres humains comme les autres) comme dans le mauvais (par exemple, le personnage de Brinn est « reconditionné » par Manticore et s’oppose aux personnages principaux dans la seconde partie de la saison 1). Cependant, on peut regretter que malgré une volonté apparente de mixité, les personnages masculins restent majoritaires, et plus encore dans la saison 2 où on ne compte que quatre personnages féminins qui occupent une place importante dans l’intrigue[23]. De plus, en ce qui concerne le genre des super-pouvoirs, si on compte à peu près autant de personnages X5 féminins et masculins (et s’ils ont des pouvoirs strictement similaires), on peut regretter que les autres personnages transgéniques secondaires possèdent des pouvoirs ou des apparences sexuées : femmes félines ou manipulatrice, hommes canins ou animalisés.


[1] Ah, le retour du X que j’aime tant dans les séries portant sur des personnages aux gênes génétiquement modifiés…

[2] D’ailleurs, dans les flashbacks mettant en scène les enfants transgéniques à Manticore, il n’y a pas de différenciation sexuée des filles et des garçons : ils ont la même coupe de cheveux militaire et portent les mêmes uniformes.

[3] Le « culte de la procréation » pratique la sélection génétique et l’élimination des plus faibles depuis des générations. Ils ont des aptitudes physiques équivalentes voire supérieures à celles des X5, et parfois des capacités psyoniques également.

[4] Liste des capacités des X5 : http://darkangel.wikia.com/wiki/X5_series

[5] Contrairement à Cat (2×04) et la femme-panthère  (2×03), dont les apparences sont animalisées (fourrure, moustaches, pupilles fendues verticalement…). Il y aurait d’ailleurs une comparaison à faire entre les femmes-chats animalisées, aux mouvements souples et sinueux et tournées vers la séduction,  mais aussi imprévisibles, de type « femmes fatales » (comme les Catwomens dans les diverses adaptations cinématographiques ?) et les femmes-félines qui ont des capacités qui les rendent supérieures sur certains plans aux femmes ordinaires mais sans être animalisées (comme Max, donc).

[6] De façon secondaire, on apprend dans un autre épisode que plusieurs X5 ont été victimes d’un vieillissement précoce et accéléré. Le fait que le coût de capacité exceptionnelles soit une durée de vie plus courte montre bien que dans l’imaginaire, le corps humain est pensé comme disposant d’un stock de ressources limitées à l’échelle de la vie de l’individu : des possibilités extraordinaires (et donc une entorse au principe de l’égalité) constitueraient donc une consommation plus rapide que la moyenne de ces ressources (et donc un vieillissement précoce).

[7] Notons cependant que ces crises disparaissent dans la saison 2.

[8] Elles disparaissent mystérieusement dans la saison 2, au même titre donc que les crises de tremblement et qu’un certain nombre de personnages.

[10] Il faut dire que ce n’est pas gagné quand on a à faire à d’autres hommes génétiquement modifiés afin de maximiser leur virtualité au combat, qui emportent par défaut la palme d’hommes les plus virils.

[11] Lorsqu’elle était enfant, Max et quelques autres X5 se sont enfuis du complexe militaire où ils ont été créés et ont été endoctrinés et entrainés à être des futurs soldats, Manticore. Depuis, le colonel Lydecker les traque afin de les ramener à Manticore.

[12] Les Familiers sont une société secrète qui pratique la sélection génétique . Ames White est un Familier engagé par le gouvernement pour retrouver les êtres transgéniques qui se sont enfuis après la destruction de Manticore par Max au début de la saison 2.

[13] Il est paralysé, paraplégique, suite à un coup de feu dans le deuxième épisode de la saison 1.

[14] Sans être froide et calculatrice comme le personnage de Lexa dans Mutant X qui fait passer sa quête avant tout le reste

[15] Comme Chloé King dans The nine lives of Chloé King, qui aide les personnes qu’elle rencontre au risque de se mettre en danger.

[16] Par exemple, un mutant lézard étant un « récepteur universel » d’ondes, Mole qui grâce à de l’ADN de reptile est adapté aux conditions désertiques, un mutant de la « division arctique » qui a la peau et les cheveux entièrement blancs qui peut survivre dans des températures particulièrement basses, Marrow aux pupilles blanches et aux veines saillantes dont le sang est enrichi afin d’être « parfait » (taux élevé d’hémoglobine, de plaquettes et d’endorphines et d’adrénaline). Ce sang fonctionne comme une drogue sur les humains, elle augmente leur force, leur vitesse de déplacement et leur résistance à la douleur mais les rend accros.

[17] Tinga, une sirène, Sam qui est le clone de Max, Mia, Kendra qui est la colocataire de Max dans la saison 1, Wendy Olsen-White qui est la femme d’Ames White. Profitons-en pour souligner l’asymétrie de traitement des personnages féminins et masculins dans la réception de cette série. Alors que je cherchais le nom exact de la femme d’Ames White sur Google, en scrutant les résultats (qui me renvoyaient aux pages consacrées à Ames), je me suis rendue compte que le nom de sa femme n’était pas mentionné sur sa page Wikipédia (français et anglais), alors que c’est un personnage nommé et parlant qui intervient à deux reprises dans l’intrigue.

[18] A l’exception notable et remarquable d’Originale Cindy, la meilleure amie de Max, qui est ouvertement homosexuelle (c’est d’ailleurs une des premières informations qu’on a sur ce personnage) et qui souligne régulièrement son intérêt pour des personnages secondaires féminins. Une de ses ex réapparait par ailleurs dans un épisode et fait l’objet de l’intrigue de l’épisode. En dehors de ce cas, Originale Cindy n’est cependant jamais présentée comme étant en couple. Applaudissons cependant l’existence de ce personnage, qui présente l’avantage immense de rappeler que d’autres formes d’attirances sexuelles et romantiques existent en dehors de l’hétérosexualité (sans tomber dans le stéréotype de la « butch »), contrairement à d’autres séries comme Mutant X et Haven qui ne semblent pas avoir été mises au courant. De plus, si l’identité et l’orientation sexuelles sont présentées dans Dark Angel comme relativement stables, deux personnages dérogent à cette règle. Tout d’abord, un personnage est présenté comme étant une femme qui est née homme (notons cependant qu’elle n’apparait que pendant un épisode). Ensuite, le personnage de Normal, présenté initialement comme hétérosexuel (il a une relation avec le personnage transsexuel évoqué précédemment, il est mis en scène comme étant très enthousiaste dans un club de strip-teases employant des danseuses), est ensuite constitué comme ressentant une attirance homo-érotique pour un des personnages masculins (Alec).

[19] Sam, Gem, Jace, la sirène, Tinga

[20] On découvre cependant au cours de l’épisode qu’elle a son pendent masculin, un homme triton, avec qui elle est en couple et a eu des enfants (des œufs).

[21] Notons que seuls trois êtres transgéniques « psy » sont mis en scène dans la série : Mia, une femme à Manticore qui se sert de son don pour prendre l’apparence de Max aux yeux de Zack afin qu’il lui révèle des informations (comme a pu le faire Emma dans Mutant X auprès de Mark en se faisant pour sa petite amie décédée à ses yeux (1×17)) et Brain, un mutant doté de capacités d’analyse et de déduction exceptionnelles qui lui permettent de prévoir l’avenir (2×10).

[22] C’est-à-dire que les gens font ce qu’elle leur ordonne de faire, y compris oublier des évènements. Contrairement à Nina dans Alphas, elle semble parfaitement le maitriser.

[23] Max, Cindy, Asha, Annie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :