Archives de Catégorie: On achève bien les doctorant-e-s

Chercheur-euse-s à l’université : une bibliographie

Rapports Tribunes et articles Bandes dessinées Collectifs

Lire la suite

Conclusion : Le problème des problèmes structurels

Source Les conditions d’emploi et de travail des jeunes chercheureuses affectent leur qualité de vie : déménagements fréquents, temps de transport important, absence de protection sociale (les vacations n’ouvrent pas de droit au chômage et à la retraite), sans compter les effets du stress et du surmenage sur la santé : anxiété, fatigue chronique, baisse de l’estime …

Publicité

Lire la suite

Rendre la recherche darwinienne (3)

Rationaliser l’université Les causes de cette baisse de la création de postes sont des politiques de rigueur et de sous-investissement dans les services publics sous prétexte de rationaliser leur fonctionnement, c’est-à-dire de réduire leur coût, mais aussi d’améliorer le rayonnement des universités françaises à l’international, en favorisant les regroupements et la mise en concurrence entre …

Lire la suite

Rendre la recherche darwinienne (2)

Le sous-financement de l’université publique La dégradation des conditions de travail dans l’enseignement supérieur et la recherche (ou ESR) est bien connue et documentée. Au croisement de la mise en place du processus de Bologne (1999) et de la mise en œuvre de politiques inspirées du « nouveau management public » et portées par la RGPP (révision …

Lire la suite

Rendre la recherche darwinienne (1)

Le doctorat en France : un parcours marqué par la précarité À partir du moment où j’ai décidé de poursuivre mes études sous la forme d’une thèse de sociologie, le message qui m’a été envoyé par mes différents collègues était univoque et unanime : ça va être dur. Ça va être dur de trouver un financement, ça …

Lire la suite

Brûler la chandelle par les deux bouts : produire sa thèse, devenir chercheuse (4)

La culture du surmenage (hustle culture) Cette mise à disposition de soi, cette dévotion au travail n’est évidemment pas réservée à l’environnement professionnel de la recherche. Il y a quelques années, je me suis prise de passion pour les méthodes d’optimisation de soi. Miracle morning, Pomodore, minimalisme, bullet journal, Marie Kondo, les cinq habitudes qui …

Lire la suite

Brûler la chandelle par les deux bouts : produire sa thèse, devenir chercheuse (3)

Une socialisation temporelle de la disponibilité permanente ? Faire une thèse, c’est apprendre à « dompter le temps », à différentes échelles. Il s’agit tout d’abord de s’inscrire dans un calendrier idéal, qu’on intériorise, composé d’étapes prévisibles (qui varient en fonction des disciplines) : revue de littérature préliminaire, recueil des matériaux (recherches de terrain, visites d’archives, expérimentations, etc.), analyse, …

Lire la suite

Brûler la chandelle par les deux bouts : produire sa thèse, devenir chercheuse (2)

Le sacerdoce : détour par l’industrie du rêve J’ai lu récemment Le plus beau métier du monde de Giulia Mensitieri et je suis sûre que mes proches souhaiteraient que j’arrête de les bassiner avec cet essai, mais on ne peut pas toujours réaliser ses rêves. L’ouvrage rend compte d’une enquête ethnographique dans le milieu de la …

Lire la suite

Brûler la chandelle par les deux bouts : produire sa thèse, devenir chercheuse (1)

Un marathon sans ligne d’arrivée Mon expérience de l’ESR, c’est celle d’un travail qui ne s’arrête jamais. Il y a toujours des choses de prévues. Il y a toujours des lignes à ajouter son CV. On dépend de tellement d’institutions, on est inscrit-e-s dans plusieurs collectifs de travail, on a toujours des projets, notre temps …

Lire la suite

On achève bien les doctorant-e-s

Est-ce que ça s’arrête un jour, le burn out ? Est-ce que qui que ce soit a les ressources pour se remettre d’un trouble mental, de transformer ses conditions de vie pour se reposer suffisamment ? Est-ce que je suis prête à renoncer à l’épuisement, après toutes ces années ? Est-ce que je suis capable de renoncer à …

Lire la suite