Rédiger sa thèse (ou tout autre projet de longue haleine) – utiliser un organiseur dédié

Lorsque j’ai enfin pu me mettre à la rédaction de ma thèse (je veux dire, m’y mettre pour de bon, pas écrire des chapitres irrémédiablement rejetés par mes directeurices), j’ai été confrontée à un problème. J’avais déjà de multiples supports pour m’organiser et garder une trace de mes idées et de mes données (bullet journal, to do list, journal de recherche, etc.) mais ce qui concernait précisément l’avancée du manuscrit était noyé dans la masse des informations. J’avais besoin de retrouver très rapidement où j’en étais, pas seulement en termes de progression de l’écriture (avancée dans le plan), mais aussi de raccrocher le train des idées. C’est ce qui me prenait le plus de temps après une interruption, par exemple en reprenant la rédaction le lundi après la coupure du weekend : dans quoi étais-je plongée ? Qu’est-ce que j’essayais de démontrer avec ce que j’étais en train de rédiger ? Est-ce que ce paragraphe était terminé ou je voulais ajouter un autre élément ? Est-ce que j’ai déjà introduit cette interprétation ou est-ce que je pensais la mettre à un autre endroit ?

L’inconditionnelle des planners que je suis a rapidement trouvé la solution : un organiseur dédié. J’avais besoin de place pour noter non seulement ce que je voulais faire (relire un article, rédiger un encadré…), mais aussi les intuitions ou interprétations ou citations d’un-e autre auteurice que je voulais traiter ultérieurement. Et j’avais besoin d’un support qui me montre : tu en es là, il te reste ça à faire. J’ai utilisé un agenda qui avait ce format :

Double page d'un agenda perpétuel (pas de date notée) qui est divisé en deux parties : sur la page de gauche, les jours de la semaine sont déclinés dans 7 rectangles horizontaux et à droite la page est en petits carreaux

Il existe évidemment quantité de planners dans ce format et il est tout à fait possible de construire le sien sur un carnet vierge, l’important pour moi étant d’avoir à la fois une page dédiée à chaque jour de la semaine, afin de découper la rédaction en petites tâches qu’on peut accomplir jour après jour, et une page pour l’ensemble de la semaine. Je divisais la page de droite en deux horizontalement : sur la partie supérieure je notais les « grandes choses » que je devais faire (par exemple, écrire le chapitre X, lire les articles sur le thème Y ou lire le livre Z) et la partie inférieure était réservée aux idées, remarques, intuitions, courtes notes de lecture, recommandations, etc. Je me servais également des pages du début (un calendrier avec six mois sur deux pages) pour noter les plages de temps que je prenais pour chaque chapitre.

Cet outil m’a beaucoup aidé pour « raccrocher les wagons » de mes pensées d’un jour sur l’autre ou d’une semaine sur l’autre, et de garder une trace condensée et facilement accessible de ce dont j’avais besoin pour écrire, et j’espère qu’il aidera d’autres doctorant-es ou personnes qui se consacrent à un projet d’écriture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :