Qui sont les pères au foyer – quelques chiffres

 

Souvent, quand je suis interrogée par des journalistes (oui, parce que je fréquente suffisamment les journalistes pour faire des généralités), ielles me demandent « est-ce qu’il y a une augmentation des pères au foyer ? ». Répondre à cette question est moins simple qu’il n’y parait, puisqu’il faut préalablement répondre à quelques autres questions. Tout d’abord, qu’est-ce qu’on entend par père au foyer ? Un homme qui se définit comme père au foyer ? Un homme inactif professionnelle (donc ni chômeur, ni salarié, ni travailleur indépendant…) qui a des enfants ? Qui vit avec des enfants mineurs ? Ensuite, où et quand on se situe, une augmentation par rapport à quand, et sur quel espace (OCDE, Europe, France) ? Enfin, même en admettant qu’on ait fixé des critères cohérents pour mesurer le nombre de pères au foyer, est-ce que ces chiffres existent, est-ce que quelqu’un a collecté ces données ? Je ne peux donc pas dire combien il y a de pères au foyer en France aujourd’hui, ni si ce nombre est en augmentation, en diminution ou est stable sur les dix ou vingt dernières années. Mais il y a quand même deux éléments de réponse qui peuvent être avancés.

Le premier peut se trouver dans le recensement de l’INSEE (source). Depuis 2008, le questionnaire inclut une catégorie « homme ou femme au foyer » parmi les types d’activité (actif.ves ayant un emploi, chômeur.euses, retraité.es ou pré-retraité.es, etc.). On peut donc avoir une idée de la proportion d’hommes qui se déclarent « au foyer », mais (du moins à partir des données accessibles sur le site de l’INSEE) on ne peut pas savoir s’ils sont en couple, s’ils ont des enfants, s’ils vivent ou non avec ces derniers… Sans surprise, les hommes au foyer représentent une minorité des hommes de 15 à 65 ans. En 2008 en France (hors Mayotte), ils représentent 31 598 individus, soit un peu moins de 0,2% de l’échantillon total des hommes et 1,1% des hommes inactifs (c’est-à-dire qu’ils se déclarent étudiants, retraités, hommes au foyer ou « autres inactifs »). En 2016, 56 457 hommes cochent la case « hommes ou femmes au foyer », soit 0,22% des hommes et 0,57% des hommes inactifs.

Graphique illustrant le nombre d'hommes qui se définissent comme retraités, étudiants, autres inactifs

De ce point de vue, la proportion d’hommes qui se déclarent « homme au foyer » est stable entre 2008 et 2016, et elle est très minoritaire. Le nombre d’hommes qui se déclarent comme tel augmente régulièrement à mesure que l’âge du répondant augmente.

Graphique illustrant l'augmentation d'hommes qui se définissent comme homme au foyer avec l'âge

Cette catégorie n’est pas très populaire chez les femmes non plus : en 2016, 6% des femmes entre 15 et 65 ans se déclarent « femme au foyer ».

Autre porte d’entrée pour étudier les pères au foyer : les pères en congé parental. Certes, les pères en congé parental ne se définissent pas toujours comme pères au foyer, et tous les pères au foyer ne sont pas en congé parental (puisque l’appartenance à cette catégorie est limitée par les conditions d’accès au congé parental d’éducation ou aux allocations afférentes dites de compléments d’activité (rappel de ce qu’est le congé parental en France). Cependant, ils constituent un indicateur intéressant pour répondre à la question de l’évolution de la proportion de pères au foyer en France dans les trois dernières décennies. En 1992, lors de la première enquête statistique menée en France sur le congé parental d’éducation, plus de 98% des bénéficiaires étaient des femmes (source). En 2010, la proportion d’hommes bénéficiaires n’a guère évolué : 2% de l’ensemble des pères prennent un congé parental à temps plein suite à une naissance (source). Même constat en ce qui concerne les bénéficiaires des allocations de la caisse nationale d’allocations familiales qui est pensé pour être pris avec le congé parental : parmi les bénéficiaires de l’Allocation Parentale d’Education (APE), 2% sont des hommes en 2002 (source). A première vue, le nombre de pères au foyer semble légèrement augmenter avec le temps : les hommes représentent 3,5% des bénéficiaires du Complément de Libre Choix d’Activité (CLCA) en 2011 (source) et 6,2% de ceux de 2017 (source), mais dans les deux cas, les trois quarts d’entre eux sont en congé parental à temps partiel (et donc travaillent à temps partiel). En termes d’effectifs, en 2002 environ 10 000 pères sont bénéficiaires de l’allocation, contre 4 260 pères qui ont pris une allocation de complément d’activité à temps plein en 2017 (source). Notons que cette baisse du nombre d’hommes bénéficiaires en 2017 est liée à une baisse générale du nombre de parents qui prennent les compléments d’activité depuis 2006 (source).

Les chiffres dont nous disposons ne permettent donc pas d’évaluer la proportion de pères au foyer, et donc leur évolution dans le temps. Ceux qui sont accessibles sont imparfaits, puisqu’ils concernent soit des hommes dont on ne sait pas s’ils sont pères et dont l’auto-définition comme « homme au foyer » semble principalement une manière pour des hommes de plus de 55 ans d’éviter de se définir comme « autre inactif » ; soit des pères bénéficiaires d’allocations dont le recours pour l’ensemble des parents est sensible aux conditions d’accès à ces allocations.

Pour aller plus loin, sur la catégorie « père au foyer »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :