Les pères en congé parental : des mères comme les autres ?

Récemment, j’ai été interviewée par une journaliste au sujet de mon enquête sur les pères en congé parental. A la fin de l’entretien, elle commente « c’est marrant, d’après ce que vous me dites, j’ai l’impression qu’ils découvrent ce que vivent les mères au quotidien ».

En effet, si on entend souvent que les mères auraient une relation particulière avec les enfants (en particulier avec les enfants en bas-âge), plus tendre, plus affectueuse (et les pères en congé parental ne sont pas en reste), force est de constater que la relation père-enfant est affectée quand le père devient père au foyer, pour certains sur le mode d’une relation « maternelle ». Le père que j’ai rencontré qui en parle le mieux est Antoine*. Directeur associé dans son entreprise, il accorde beaucoup de temps à son travail mais souhaite lever le pied avec l’arrivée de sa première fille et prendre un congé parental. Cependant, pendant les six premiers mois de la vie de sa fille il « croule sous le travail », si bien qu’il renonce à prendre un congé, dont il craint qu’il ne soit pas très bien reçu dans son environnement professionnel. Nouveau revirement alors que sa fille fête ses six mois : la nounou qui devait la garder les lâche, laissant ses parents sans mode d’accueil pour leur fille. La conjointe d’Antoine, qui a prolongé son congé maternité par trois mois de congé parental à temps plein, souhaite reprendre le travail. Antoine décide de revenir à son intention initiale et prend quatre mois de congé parental à temps plein, le temps de trouver un autre mode d’accueil. Il est dithyrambique au sujet des effets de ce congé sur sa relation avec sa fille :

Pour moi, je pense que c’est clairement un tournant. A tous points de vue. Je pense que c’est vraiment le moment où je suis vraiment devenu père, profondément, où j’ai assumé ce rôle, où j’ai trouvé pleinement ma place, ma femme a allaité au début, a pris un assez long congé aussi, moi je bossais énormément, donc il y a un petit côté où j’étais side. Et du coup, ça a vraiment été le moment où dans mon rôle de père, j’ai pu prendre pleinement ce rôle, m’y sentir pleinement à l’aise, m’y sentir pleinement légitime, y trouver tout le plaisir aussi que j’avais envie d’avoir, qui parait pleinement normal, avoir juste une relation de très grande proximité avec ma petite fille, comme finalement avec des gens qui sont très proches de moi, de ma famille ou des amis, sauf qu’il fallait le construire, et les six premiers mois m’avaient pas permis de le faire. […]

Question : Vous avez parlé de « cocoonage », est-ce que ce congé parental vous a permis d’avoir une relation plus tendre, plus câlin avec votre fille ?

Ca a complètement permis ça. Avant j’avais peu de temps, du coup j’essayais de compenser les tâches chiantes que j’avais l’impression de laisser à ma femme donc j’étais là pour plus changer les couches, préparer la nourriture, donner à manger, etc. ; alors que là, on a pu rentrer complètement dans le côté câlin et qui s’est d’ailleurs hyper-développé, du coup on se faisait des câlins, et ma fille venait me faire des câlins, vraiment hyper-naturellement, […] c’était même plus que ça, moi j’ai l’impression d’avoir développé une complicité, effectivement on se faisait un câlin, et quand on faisait un câlin, on rigolait, on déconnait, on faisait des selfies, on les regardait après… […] Cette tendresse, cette complicité, complètement, c’est quelque chose que j’avais pas avant. […] Et puis après c’est vraiment les moments où on rigole en fait. Donc c’est, je sais pas, elle vient vers moi dans les bras, et on fait les couillons, on joue un peu avec les jouets qui sont sous la main, et il y a des moments de rire, de regards très forts, et ça c’est ces moments de complicité-là qui me plaisent le plus.

Le congé parental peut également être l’occasion pour les hommes de faire l’expérience généralement féminine de s’occuper de tenir la maison, comme le suggère Octave, un technicien d’exploitation qui a pris un congé parental suite à la naissance de sa quatrième fille (une envie de longue date) :

A un moment donné, je me suis dit « comment elles font les femmes, c’est pas possible ? ». A un moment donné, on se dit « soit je fais à manger, mais à ce moment-là »… C’est-à-dire que la plus petite, elle va être laissée à côté, et je m’en occupe pas plus que ça.

De même, Noël, un architecte au chômage lors de l’arrivée de sa troisième fille qui a pris un congé parental en attendant de retrouver un travail, explique que ce qu’il a appris, pendant le congé parental :

C’est plus la gestion quotidienne, surtout les bébés, les couches, les douches et tout ça. C’est vraiment le quotidien. De A à Z pendant 24 heures. Ça, je m’en occupais pas avant. J’avais que le côté propre, chouette, de la chose, de l’extérieur. Mais s’occuper de tout, ça j’avais pas avant.

Bien sûr, tous les pères en congé parental que j’ai rencontrés ne décrivent pas un tel contraste entre l’avant et l’après-prise du congé parental, que ce soit en ce qui concerne leur relation avec leur(s) enfant(s) ou la répartition des tâches ménagères au sein du couple. Ce sont surtout des pères qui étaient peu présents à la maison (du fait d’une activité professionnelle chronophage) qui en parlent. Cependant, cela pose des questions intéressantes concernant ce qu’on pense généralement de la maternité et de la paternité : le supposé « instinct maternel » et la relation « privilégiée » entre mère et enfant serait-elle simplement le reflet du temps plus important (et de la plus grande disponibilité, c’est-à-dire le fait de s’organiser pour être présent-e pour les enfants et de passer du temps « actif » avec eux, sans avoir une autre activité en parallèle) que les mères passent avec les enfants ?

Ou est-ce que cela quelque chose à voir avec la manière dont les pères (et les individus en général) perçoivent les enfants en bas-âge ? Je pense à certains pères (n’ayant pas pris de congé parental pour la plupart) que j’ai interrogés et qui m’ont dit qu’ils ne voyaient que peu d’intérêt vis-à-vis des nourrissons, qu’ils attendaient avec impatience qu’ils grandissent et notamment se mettent à parler pour pouvoir communiquer avec eux. Quelques-uns estimaient même que leur rôle de père ne prendrait sens qu’à partir du moment où les enfants deviendraient adolescents et qu’ils auraient besoin d’un guide, de directions. Parallèlement, plusieurs pères interrogés (en congé parental ou non) ont déclaré qu’ils estimaient que les très jeunes enfants étaient le domaine de leur conjointe, notamment du fait de l’allaitement. Je me pose donc la question : les pères en congé parental auraient développer une relation « maternelle » avec leurs enfants parce qu’ils auraient découvert qu’ils peuvent créer un lien avec un bébé même s’il ne parle pas encore, ou qu’ils sont autant capables de subvenir à ses besoins (y compris affectifs) que leurs conjointes ?

A moins que l’explication ne soit à chercher dans une forme de « maternel gatekeeping », c’est-à-dire que les mères s’approprieraient, consciemment ou non, les nourrissons. C’est en tous cas ce que suggère Rémi (administrateur territorial, il a pris un congé parental de neuf mois pour son deuxième fils alors qu’il était « entre deux jobs ») :

Mon épouse a bien conscience qu’à un moment donné, la place du père vis-à-vis des enfants, c’est aussi la mère qui la donne.

Ou inversement, les pères estimeraient que les mères sont plus compétentes pour s’occuper des jeunes enfants et se mettraient en retrait, dans une forme d’autocensure.

Dans tous les cas, si on considère qu’une relation de proximité entre père et enfant est une bonne chose, on ne peut que soutenir l’allongement du congé de paternité, qu’il soit pris pendant le congé de maternité ou en prolongement de ce dernier. Au regard des discours des pères en congé parental, la relation père-enfant se construit pleinement dès lors que le père se rend disponible pour passer du temps avec son enfant au quotidien.

* Les prénoms ont été changés

 

1 commentaire

  1. La Nébuleuse

    Je découvre ton blog par celui de l’Epervier que j’aime beaucoup et je me demande comment il est possible que je ne sois pas arrivée ici avant ! Il est clair que je vais passer un peu plus souvent maintenant 😀

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :